L’imaginaire d’Halloween

Article de Stéphanie Prin

Nous y voici, c’est le soir d’Halloween ! Pour fêter dignement cet événement dans les Cultures de l’Imaginaire, voici une petite sélection de films, classés par catégorie d’âges. A voir entre amis, en famille, le 31 octobre du jour H, ou bien le week-end suivant, pour des soirées monstrueuses.

Bien entendu, commençons par du sérieux, voici la sélection pour 16 ans et plus.

Un cocktail de grands noms à travers les époques du cinéma, pour revenir en mode vintage (ou pas). Les moins terrifiants du lot seraient « Sleepy Hollow » et « Le village », quoique … Prévenez vos voisins que cela risque de hurler dans la nuit, prévoyez les plaids pour s’emmitoufler de peur, âmes sensibles s’abstenir.

(oui, tous les films n’y sont pas, c’est normal, c’est une sélection)

Cocktail-Halloween des Films 14 ans et +

Encore « Le Village » ? Eh oui, c’est un effet connu du cinéma d’horreur: le processus de « fausse alerte », avant que tout ne se complique vraiment.

Bien sûr, si vous n’avez pas encore visionné la célébrissime série TV de « Buffy », il est grand temps de rejoindre les rangs des Tueurs de vampires, série-culte aux saisons toutes différentes (certaines accessibles à partir de 12 ans) et parfois bien plus complexes que cela ne semble au premier abord. Son pendant « Angel », qui raconte la suite des aventures avec l’un des vampires en héros, ravira les fans également. Un projet en cours prévoit de relancer « Buffy »: suite ou remake, nul ne le sait encore, mais David Boreanaz (l’acteur Angel, qui jouait aussi dans la série « Bones ») trouve l’idée géniale, et nous aussi.

Enfin, « Les Autres », qui dispose d’un scénario superbe. Préparez-vous à revoir ensuite le film une seconde fois, vous saurez pourquoi en visionnant cette histoire incroyable et bien pensée. Valable aussi pour « Le Village ».

Plateau des Films pour 12 ans et +

Un brin de vintage, de cinéma-culte, et de moderne, voici la recette d’un Halloween réussi. A l’âge où l’on aime ses monstres préférés, en se faisant un peu peur quand même, ou pour frissonner de dégoût devant leurs modes de vie monstrueux, voici les films-famille.

Prenez un ticket pour visiter leurs maisons incroyables, inspirez-vous de la déco Addams, et surtout ne nourrissez pas la petite peluche n’importe comment.

Lequel sera votre monstre favori ? Question difficile ….

Soirée des 10 ans et +

Les enfants ont déjà retrouvé « Ghostbusters » avec les jouets récents, mais ont-ils vu le film d’origine ? C’est l’occasion, nombre de scènes à se remémorer, personnages attachants, et un petit fantôme vert à adopter, cela vous tente ? Vous n’ouvrirez plus votre frigo de la même manière, rappelez-vous…

Quant aux « Harry Potter », cela se revoit sans fin; excepté peut-être les deux derniers « Reliques de la Mort », qui seraient à réserver plutôt à partir de 11-12 ans, selon les sensibilités.

Les Bouts d’Choux  6 ans et + (mais pas que)

Avant 5 ans, si vous cherchez un film, « Kiki la petite Sorcière » est parfait.

Pour le reste, c’est selon vos enfants, comme le reste des sélections d’ailleurs.  Les âges indiqués sont malléables. Parfois attendre un peu, ou visionner un film avant car cela n’effraie absolument pas certains et certaines, c’est vous qui voyez.

La trilogie « Hôtel Transylvanie » est excellente et se revoit pour mourir de rire. Respirez un peu de nostalgie devant Scoubidou et les Schtroumpfs.

Partez enfin découvrir « Mary et la fleur de la sorcière », somptueux premier long-métrage des studios Ponoc, par une équipe issue des fameux studios Ghibli (« Chihiro », « Ponyo sur la falaise », « Le château ambulant »…). Une véritable réussite dans la lignée de Ghibli, au scénario plus complexe que Kiki et comportant de multiples niveaux de lectures pour certaines comparaisons.

Et voilà, c’est parti ! En route pour de nouvelles aventures imaginaires, dans les mondes de sorcières, sorciers, monstres, loups-garous et vampires. Votre Week-end Halloween ou soirée sera des plus réussis, pour booster votre culture cinématographique d’Halloween.

Pour compléter, suivez la sélection des jeux pour un monstrueux Week-end Halloween, entre autres testée et approuvée au cours de notre séjour ludique « Semaines de l’Hexagone été 2018 », organisée par « Le Cercle de Stratégie ».

Elle se trouve ici:

https://cercle-strategie.com/2018/10/30/soiree-monstrueuse-jeux-halloween/

Stéphanie Prin, « Trick or treat » ?

Soirée Monstrueuse « Jeux Halloween »

Article de Stéphanie Prin

En ces heures sombres, voici venu le temps de jouer ! Égayer les soirées avec la célèbre fête d’Halloween pendant le week-end qui précède, ou bien le suivant, voire pendant tout l’automne pour les passionnés.

Voici une sélection de quelques jeux, classés par catégories d’âge ou de niveau de jeu, qui furent les plus joués et les plus demandés parmi la ludothèque des joueurs du « Cercle de Stratégie ».

Jeux de grands: zombies, sorcières, fantômes et loups-garous… Fuyez, pauvres fous.

Jeux de plateau, coopératifs ou non, d’ambiance et de mystères.

Nous vous proposons deux jeux coopératifs pour commencer. Primo,  le célèbre Mysterium, enquête en équipe de type Cluedo plus évolué, connaîtrez-vous assez votre équipe pour leur faire deviner toutes les étapes du crime ? Une bande-son est disponible en musique d’ambiance sur le site Libellud, onglet ressources, parmi d’autres outils. Ainsi qu’une excellente version Murder Mysterium, avec badges à imprimer, fiches et missions de chaque joueur-personnage. Tout est là, en onglet « ressources »:

http://www.libellud.com/jeux/mysterium

Secondo, le jeu coopératif Harry Potter, décliné en plusieurs étapes-scénarios de difficultés croissantes avec complexification des outils. Vous pouvez interrompre entre chaque scénario, ou reprendre depuis le début. L’avantage est de rentrer progressivement dans le jeu et ses règles.

Poursuivons par un jeu semi-coopératif, Loups-Garous de Thiercelieux, un jeu qui a bien failli disparaître avant d’être heureusement repris en édition. Nul ne sait qui est Loup-Garou dans le village, et chaque matin une nouvelle victime est découverte. Démasquez les Loups-Garous, ou bien soyez assez fin pour ne pas être découvert si vous en êtes. Multiples cartes-personnages aux pouvoirs spéciaux, préférer jouer nombreux pour en apprécier les effets au mieux. Salons et Conventions de jeux  proposent régulièrement des animations sur ce jeu.

Disque-Monde, les sorcières, inspiré de l’univers fabuleux de Terry Pratchett. Chaque sorcière lance des sorts pour résoudre des problèmes, guérir, et tente de se requinquer en buvant le thé avec d’autres sorcières. Un jeu incroyable, pas si facile à résoudre car le nombre de défis augmente tour après tour. Trois variantes de règles sont disponibles dans le jeu: version experte, coopérative, ou solitaire, ce qui rend le jeu encore plus riche. Ricanez bien, entre les jeux de mots géniaux et les Gros Problèmes.

Et pour finir, Dead of Winter, jeu de zombies, jeu semi-coopératif, avec plusieurs scénarios à jouer. L’invasion des zombies sera-t-elle maîtrisée ? Survivre sera de plus en plus compliqué, ne vous laissez pas submerger dans cet hiver glacial. Très apprécié, tout comme les jeux précédents, vous rejouerez plusieurs parties avec grand plaisir.

Une mention spéciale pour le jeu d’ambiance à mourir de rire, ou de peur: les Montagnes Hallucinées, qu’il faut avoir joué ou vu jouer au moins une fois dans sa vie.  Jeu coopératif, d’intrépides scientifiques souhaitent percer les mystères d’une ancienne cité restée jusqu’ici inconnue, mais probablement y avait-il une raison. Saurez-vous sauver votre équipage, ou bien connaîtrez-vous la folie pour toujours en approchant ces lieux maudits ?

Jeux de rôles, mais pas que…

La série Appel de Cthulhu, qu’il faut avoir joué au moins une fois dans sa vie, et qui va vous rendre peut-être fou, soyez prêts ! L’univers est riche, plonge dans l’Histoire et génère des nouveautés monstrueuses dont nul n’a conscience, hormis nos braves aventuriers.

Notre camarade de jeux Franck Stora pratique d’ailleurs ces mastérisations avec brio, renonçant aux multiples jets de dés pour préférer une version d’ambiance, où l’on vit l’Histoire en étant immergé dans la narration. Alléger les mécanismes de jeux, ou bien jouer les règles prévues, pour une partie de jeu de rôles qui conviennent à tous les caractères.

Les célèbres jeux « Appel de Cthulhu », déclinés en diverses présentation, du jeu de rôle au jeux de plateau.

 

Armées et Figurines terrifiantes de wargames

En version cartonnée et pions, Ave Tenebrae vous conduira à mener les troupes de morts-vivants. Pour une première initiation wargame, le jeu permettait de jouer avec des règles simples qui permettaient chez certains joueurs une mise en valeur des ruses de guerre pour prendre l’avantage tactique, tout comme lors d’anciennes guerres antiques. Quelques incohérences de livret de règles, mais qui ne retiraient pas le plaisir de découvrir les batailles d’armées. Moins aisément trouvable aujourd’hui, les passionnés l’ont encore dans leur ludothèque. Ce jeu mériterait une version revisitée des années 2000, qui pallierait les réglages nécessaires, tout comme il le fut déjà en 1986, après sa première sortie de 1982.

Quant aux accros de figurines peintes, évoluant dans des décors dignes des films de fantasy, l’ambiance Halloween pourra se retrouver au sein d’armées Warhammer. Plusieurs versions et armées, ou règles, existent: le plus simple étant de contacter un club local de figurinistes pour demander une initiation, lors des rencontres du club, et de rejoindre ensuite leur thématique locale pour réussir à jouer ensemble.

Quelques wargames pour Halloween.

Vintage années 80, mais si mais si…

Ressortir de ses placards les jeux de son enfance, ou de la famille. A quoi jouait-on en ce temps-là, petits plaisirs pour grands enfants, typiquement dans le design années 80, voici quelques exemples parmi d’autres. Raviver la mémoire, entendre les anecdotes d’époque, voici la douce mélodie des souvenirs vintages en mode « Old School ».

Beaucoup de fantômes se retrouvent d’ailleurs, même Pac-Man les adore et n’en font qu’une bouchée.

En mode vintage, retrouvez les jeux de plateau des années 80

 

Par ici les plus jeunes: voici les jeux-famille

Une sélection de jeux pour les plus petits stratèges, mais pas que… Eh oui, même de grands spécimens jouent à ces jeux. Que voulez-vous, il faut bien assez de joueurs et joueuses autour de la table pour une partie réussie.

King of Tokyo décliné en moult variantes, connaît aussi sa version Halloween.  Les jeunes enfants en raffolent. Qui l’a vu est également un jeu à succès: l’enregistrement sonore accompagne les jeunes dans leur enquête coopérative, pour réussir à résoudre l’enquête à temps, dans ce manoir légèrement hanté par un fantôme.

Pour les plus aguerris aux jeux, Service compris sera de mise: un jeu de cartes plus stratégique, pour être le dernier survivant sur le banquet de l’ogre affamé. Les cartes ont toutes de jeux de mots humoristiques, les illustrations sont soignées et mettent dans une ambiance Halloween presque semi-sérieuse.

Enfin les plus petits débutants apprécieront Miss Kipik et Diamoniak, pour retrouver des personnages de sorcières, d’araignées, et se sentir comme les grands dans une ambiance de fête monstrueuse.

Sélection de jeux tous âges pour Halloween, appréciés à 200% par les plus jeunes.

Les collections Habba comportent également plusieurs boîtes de fantômes, sorcières, ces personnages préférés des enfants. En voici deux exemplaires, que les plus jeunes aiment rejouer à l’infini: l’école des fantômes et la petite sorcière du tonnerre.

Les personnages préférés: fantômes, sorcières…

Toute l’équipe du « Cercle de Stratégie » vous souhaite de concocter de bonnes soirées-jeux en famille et entre amis, pendant que l’automne frissonne au-dehors. Agrémentez de boissons chaudes et d’aventures imaginaires-stratégiques enrichissantes, ajoutez un soupçon de bonne humeur, et lisez l’article des Films d’Halloween pour compléter tout ceci.

http://cercle-strategie.com/2018/10/31/limaginaire-dhalloween/

Article de Stéphanie Prin

Présentation des batailles navales « Amirauté »

Article de Benoît Marconnet

Comment présenter « Amirauté » en quelques lignes ? Voire même en une phrase ? Essayons :

« Jeu de simulation de combat naval, époque 2ème guerre mondiale, du niveau tactique au niveau stratégique »

Vaste programme ! D’autant que la souplesse de ce jeu permet l’utilisation de cartes à toutes échelles, de jouer avec des figurines ou un simple crayon à papier … Utiliser un coin de table, ou occuper un terrain de sport est également réalisable… Ce jeu créé en 1979 par Paul Blois, aux éditions Descartes, permet de simuler les batailles navales de cette époque avec un grand réalisme, grâce à l’aide d’un arbitre qui vérifie les ordres donnés selon les informations connues des joueurs, et qui calcule ensuite les résultats. Tout comme le Maître de Jeu dans un Jeu de Rôle, il donne documents, cartes aux joueurs de la bataille, puis explique les résultats obtenus selon les choix d’action faites.

« Amirauté » est pratiqué, lors des séjours ludiques « Semaines de l’Hexagone » du « Cercle de Stratégie », sous différentes formes : depuis des scénarios de quelques heures jusqu’à des campagnes d’une semaine ou plus. Chaque joueur peut ainsi s’investir un ou plusieurs jour, selon ses possibilités. Un autre joueur prend ensuite la relève, en « fil rouge ».

Les joueurs préparent leurs ordres grâce aux cartes et informations en leur possession.
Les joueurs ont rendus leurs ordres sur les cartes, mouvement des navires, reconnaissances aériennes. C’est au tour de l’arbitre de comparer et de vérifier qui voit qui, et qui tape sur qui !

Les joueurs rendent leurs ordres sur les cartes, les mouvement des navires et reconnaissances aériennes planifiées. C’est ensuite au tour de l’arbitre de comparer et de vérifier « qui voit qui », et « qui tape sur qui » !

Dans son « antre », l’arbitre peint les figurines, prépare les cartes des commandants, documents historiques (journal, bulletin météo) et la flotte de figurines de chaque équipe. Certaines figurines, à l’échelle 1/1800, sont disponibles toutes prêtes. D’autres bâtiments, issues d’impression 3D, nécessitent un travail de peinture.

Parfois, une situation tactique est reportée sur une table avec les figurines. Cela aide les joueurs à visualiser leurs forces et le dispositif (sans tenir compte des distances réelles). Pour jouer une partie tactique, on a aussi la possibilité d’utiliser les figurines en respectant les distances à l’échelle, grâce à un terrain de sport de taille suffisante. Les commandants essayent alors d’identifier les navires adverses, depuis leur base d’observation. S’ils ont essuyé des tirs, ils constatent les dégâts signalés sur leurs navires.

Puis les joueurs sortent leurs mètres à enrouleur et font leurs mouvements de figurines. Attention où l’on met les pieds ! Même un cuirassé est bien petit à l’échelle 1/1800 !

Les reconnaissances aériennes peuvent également être simulées sur un terrain de taille suffisamment grande. Des jumelles sont alors absolument nécessaires, ainsi qu’un chronomètre (pour évaluer combien de temps a le « pilote » en repérage, avant que l’avion ne se fasse détruire par la D.C.A. ou par la chasse adverse).

Ce jeu peut sembler complexe au premier abord, mais il passionne chaque été plusieurs joueurs wargames de toutes générations, autant aguerris que novices: jouer en famille aux batailles navales est donc possible, et c’est agréable de voir des jeunes d’à peine 10 ans se passionner pendant une journée entière, à calculer, choisir des tactiques de tir avec leur équipe, mesurer sur le terrain avec leur équipe …

Amirauté est réellement un jeu intergénérationnel pour l’équipe de joueurs, une fois guidé par un arbitre-vétéran des batailles « Amirauté ». Vous trouverez ci-dessous un lien vers le forum de l’Association « Cercle de Stratégie », pour une partie jouée à distance via mails. Le jeu peut aussi s’effectuer « par correspondance » entre deux séjours ludiques.

http://cercledestrategie.forumgratuit.org/c9-variations-sur-le-jeu-amiraute

Article de Benoît Marconnet

Photos de Stéphanie Prin et Benoît Marconnet

Séjour ludique été 2018 « Semaines de l’Hexagone »

Réalisées par le graphiste le plus talentueux de l’Association du « Cercle de Stratégie », voici les nouvelles affiches 2018 !!! Que faire pendant les « Semaines de l’Hexagone » ? Eh bien c’est simple: venir, jouer et discuter, découvrir toutes sortes de jeux tous niveaux, de l’initiation complète jusqu’au défi avec les Serious Gamers de choc qui constituent la fine équipe du Cercle de Stratégie depuis 30 ans pour les plus anciens (ou moins pour les recrues plus jeunes).


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tester absolument tout ? C’est parti !

  • du Wargame avec pions et jetons
  • Des jeux de rôle Fantasy et Science-Fiction (Star Wars, futuristes, etc…)
  • Des Figurines et batailles Historiques ou bien en Uchronie (et si Napoléon avait réussi à s’échapper et à reconstituer des troupes ? Et s’il n’avait pas fait marche arrière en Russie ?)
  • Des jeux de rôle Steampunk ou Cthulhu
  • Des jeux stratégiques de trains (la collection est énorme dans la ludothèque du Cercle)
  • des jeux de type médiéval historique ou fantastique: Jeux de Rôles, d’adresse, de force, journée déguisement, concours de Prose Médiévale, concours de cuisine médiévale (si si)
  • la salle des jeux de plateau, succès garanti, énormes jeux ou petits d’apéro, anciens et oubliés ou dernières nouveautés: tout est là
  • la Section Amirauté, pour les batailles navales (et parfois aériennes aussi, y compris simulées de nuit avec éclairage sur le terrain extérieur)
  • le terrain de Möllky
  • L’escrime ludique: version sabres lasers de compétition pour Jedis, ou bien épées-boucliers de « Grandeur Nature » prêtées par l’Association. Avec animateurs et jeux de Troll-Ball en équipes mixtes.
Participez aux « Semaines de l’Hexagone » 2018 !

Cette année, parmi les animations habituelles, nous proposerons à nouveau  aux intéressés:

  • le choix de « sorties off » organisées,
  • une complète journée médiévale avec une association talentueuse costumée (chut, secret, vous en saurez plus là-bas)
  • et une découverte de jeu par un créateur lyonnais (surprise aussi, chuuuuut).

Texte de Stéphanie Prin

Visuels et affiches de B.M.

Bataille-Mystère 2017

Texte: Thierry KERDAL

Le jeu de l’énigme historique est une tradition au « Cercle de Stratégie ». Cette année, aux « Semaines de l’Hexagone », la bataille à trouver à l’aide de deux indices était celle de Zorndorf livrée le 25 août 1758 entre l’armée prussienne de Frédéric II et l’armée russe du Général Fermor.

Le premier indice était la statue d’un ours attaqué par un aigle, tous deux tenant sans relâche un saumon; l’allégorie est simple à comprendre, une bataille ou une guerre, au cours de laquelle aucun des deux camps ne voulut rien lâcher. Un petit indice fut ajouté en bas de l’image, sur l’énigme ci-dessus: la lettre Z, camouflée par les reflets au sol.

L’autre indice était l’image du Général Von Seydlitz. Un autre indice fut dissimulé, le chiffre 7, auprès de la tête du cheval. Là, quelques explications sont à fournir concernant ce Général.

Friedrich Wilhelm, Freiherr von Seydlitz, né le 3 Février 1721, est mort le  27 août 1773. C’est un militaire prussien, l’un des plus grands généraux de cavalerie de l’histoire, né dans le Duché de Clèves: son père, major de la cavalerie prussienne, est alors en fonctions là-bas. A 13 ans, il est envoyé comme page à la cour du Comte Von Schwedt, qui a été le colonel de son père. C’est ainsi qu’il acquiert une superbe maîtrise de l’équitation. En 1755, il est fait colonel.

La Guerre de Sept Ans, l’année suivante, immortalise son nom. « Sept Ans », comme l’indice du chiffre 7 caché vers le cheval. En 1757,  à la bataille de Kolin, à la tête d’une brigade de cavalerie, il se distingue en stoppant la poursuite autrichienne par une charge héroïque. Le roi le nomme deux jours plus tard major-général et lui décerne l’ordre du mérite, promotion qu’il reconnait mériter, puisqu’il répond aux félicitations de Zieten: « Il était grand temps, Excellence, s’ils en voulaient plus de moi. J’ai déjà 36 ans. »

Quatre fois pendant les mornes semaines qui suivent le désastre de Kolin, Seydlitz affirme son énergie et sa fougue lors de rencontres de cavalerie et, dans la matinée de la bataille de Rossbach, Frédéric le place à la tête de toute sa cavalerie en remplacement de deux généraux confirmés. Le résultat de la bataille est la complète déroute et désorganisation de l’ennemi, et pour couronner le tout, seuls sept bataillons de l’armée de Frédéric eurent à faire feu, le reste étant le travail de Seydlitz et de ses 38 escadrons. Cette nuit-là, le roi lui décerne l’Ordre de l’Aigle Noir, et le promeut lieutenant-général. Mais il a été blessé et doit rester à l’écart de l’armée pour quelques mois.

Il rejoint le roi en 1758, et sa cavalerie sauve encore une fois la mise à la bataille de Zorndorf et remporte la victoire : l’indice de la lettre Z pouvait aider à trouver de quelle bataille il s’agissait. Peu de temps avant qu’il ne lance la charge qui allait décider du sort de la bataille, il reçoit une dépêche de Frédéric II lui intimant l’ordre de charger immédiatement en l’assurant qu’après la bataille, il répondrait sur sa tête de sa désobéissance.

Seydlitz se contenta de répondre: « Après la bataille, ma tête est à la disposition du roi ».

Il garda sa tête (étonnant, non ?).

Texte: Thierry KERDAL, créateur de l’énigme historique 2017

Jeu coopératif, quezaco ?

Texte de Stéphanie Prin

« Et si les jeux proposaient autre chose que de dresser les joueurs les uns contre les autres en ne valorisant que le plus fort, le plus performant ? Et si les jeux fondaient le plaisir de jouer sur la solidarité et l’entraide ? » (Documentation OCCE)

Parmi les jeux coopératifs, nombre d’entre eux sont appréciés au « Cercle de Stratégie ». En voici une petite présentation, pour compléter votre ludothèque, tous niveaux de difficulté ou d’âge.

Dans une atmosphère de confiance coopérative, voici de quoi s’amuser sans éliminer ni exclure qui que ce soit, sans envahissement de violence ou de compétition.

Un peu d’Histoire :

Plusieurs cultures développèrent des jeux coopératifs à travers les âges. L’une des recherches anthropologique fut ainsi menée par Margaret Mead, puis reprise par Terry Orlick, qui établit des liens entre l’utilisation de jeux coopératifs et le degré de violence des civilisations.

En Occident, les premiers jeux sans gagnant ni perdant naquirent sur le continent américain, au sortir des guerres. Aux Etats-Unis, les mouvements souhaitant moins de violence suite à la guerre du Vietnam, permirent la création des « New Games » avec Steward Brand.

La première maison d’édition de jeux coopératifs fut fondée ensuite en 1972, par la famille canadienne de Jim Deacove : une centaine de jeux pour tous les âges. Des recueils de jeux sans compétition firent leur apparition également (Terry Orlick, enseignant à l’Université d’Ottawa) et furent testés dans les écoles du Canada.

En 1975, l’enseignement des jeux coopératifs émerge finalement, via la « New Games Foundation » et Dale Lefevre.

« L’éducation à la résolution non-violente des conflits se pratique dès l’école dans certains pays comme les Etats-Unis, le Canada, l’Australie, etc. C’est, à notre avis, un objectif fondamental dans toute démarche éducative. » (Documentation OCCE)

Ces travaux américains intéressèrent les psychologues allemands au cours des années 80 : les premiers jeux de société coopératifs européens furent donc créés. L’éditeur allemand Herber s’inspira en effet de ces recherches, puis Habba et Ravensburger. Les allemands trouvèrent ces jeux très utiles : eux aussi avaient vécu deux grandes guerres et ne souhaitaient pas créer ou vivre de nouveau un terrain qui soit propice à la propagation de la violence.

A l’aube des années 2000, ces jeux s’importent et se diffusent enfin en France, grâce aux Associations. De nouveaux jeux sont également créés, chaque fois couronnés de succès. Le Festival des Jeux de Cannes prime d’ailleurs les premiers jeux coopératifs en 2012.

Notre Top 12 des jeux coopératifs
joués au « Cercle de Stratégie »

Jouer et gagner tous ensemble, pour les plus grands :

Hanabi : jeu de cartes pour une partie de « réussite en équipe ». Vous ne pouvez jamais voir votre propre main, car elle reste tournée vers les autres joueurs : seul le verso de vos cartes est visible pour vous. Vos partenaires donnent des indices, pour que vous sachiez quelle carte jouer au bon moment.

Andor : qui jouerez-vous dans l’équipe de personnages ? Le nain, l’archère ? La magicienne et le guerrier sont aussi dignes d’intérêt dans votre quête. Les extensions existent pour ce jeu réputé et apprécié chaque année, personne ne s’en lasse. Possibilité de télécharger des bonus.

Unlock (versions 1, 2 et 3) : inspiré des Escape Games, l’équipe de joueurs dispose d’une énigme-scénario à résoudre collectivement, à partir de cartes (3 niveaux de difficulté). L’application téléchargeable est gratuite, et permet de valider les résolutions, ainsi que de jouer en temps limité et d’écouter la musique d’ambiance. Des indices peuvent également s’obtenir pour débloquer la situation, ou trouver les nombres cachés qui vous auraient échappé.

Dead of Winter : jouez deux survivants en plein hiver, qui doivent avec leurs compagnons survivre ou éviter les zombies, après la contamination. Jeu prenant, et habile, le chien Sparky est recommandé pour sa capacité spéciale et amusante d’un point de vue philosophique.

Mysterium : à la frontière du Cluedo coopératif et de jeu de rôle, choisissez le fantôme qui jouera le maître de jeu, pour habilement vous faire deviner les circonstances de son meurtre. Grâce à des cartes, les indices que le fantôme livre permettront (peut-être) de découvrir qui l’a tué, en quel lieu et avec quelle arme. Un jeu apprécié pour son ambiance historique et ses mystères. L’extension existe également.

Jeux vidéos en réseau : nous reparlerons d’eux dans un prochain article, ils sont également très intéressants. Notre Association dispose d’un réseau permettant ces jeux en équipe, c’est à vivre au moins une fois dans sa vie. Le travail d’équipe prend alors tout son sens !

Les Jeux de rôles : un Maitre de Jeu anime le scénario, et déroule l’histoire au fur et à mesure que l’équipe des joueurs voyage ou atteint des objectifs. Le Maître de jeu n’est ni « avec vous » ni « contre vous », c’est le conteur qui anime votre histoire de jeu.

Semi-coopératif : ici, vous jouerez « seul contre tous les autres », ou bien en deux équipes.

Not Alone et extension : « seul contre tous les autres », l’un des joueurs joue la planète et son écosystème, qui tente d’assimiler une équipe de naufragés de l’espace. Très difficile et jeu stratégique d’équipe de haut niveau pour réussir à gagner, mais tellement plaisant pour tous les niveaux.

Captain Sonar : constituez vos deux équipes, et plongez dans les abysses marines. Chaque joueur occupe un poste précis, les chaînes de transmission des ordres sont la clé de ce jeu rapidement prenant. Une bande-son existe en téléchargement pour se croire davantage dans un sous-marin. Écouter pour détecter la position du sous-marin adverse, faire le plein d’air en surface, vite redescendre avant d’être repéré, que de tâches à se répartir et réussir en symbiose d’équipe !

Pour les joueurs de niveau intermédiaire

Bandido : empêchez le bandit prisonnier de s’évader en bloquant tous ensemble ses couloirs et issues. Pour ceux qui connaissent, c’est un modèle coopératif du jeu « Saboteur ». Les choix de l’équipe seront essentiels pour réussir. Parties rapides et vite addictives.

Pour les débutants (3-6 ans) :

Hop, Hop Hop : faites traverser le troupeau de moutons, en équipe, pour qu’il rejoigne à temps la bergerie en bas de la montagne. Si le pont de la rivière s’écroule avant, sous le souffle du vent, l’équipe pourra rejouer de nouveau. Jeu en 3D, avec éléments en bois.

Woolfy : bienvenue chez les trois petits cochons. Construisez la dernière maison de pierre qui pourra les mettre à l’abri du loup, réfugiez-vous parfois dans la cabane de paille ou en bois, sauvez les frères mis en marmite, et surtout évitez le loup. Jeu en relief, figurines et maison en pierre.

Chatastrophe : le jeu se joue en deux versions, les uns contre les autres ou bien en version coopérative. Jeu de mémoire et avec le plaisir de jouer dans une maison montée en 3D.

Texte de Stéphanie Prin

Retour sur le solstice d’hiver 2017

Texte de Stéphanie Prin

Le séjour ludique du Solstice d’Hiver vient de refermer ses portes : chacun, chacune est reparti sur les routes, quittant le gîte après six jours de jeux et batailles ludiques. Pour ceux qui ne connaissaient que les séjours d’été, ce fut l’occasion de découvrir cette fois-ci l’Association du « Cercle de Stratégie » dans ses quartiers d’Hiver en Meuse, près de Verdun.

La Base de la Ludothèque du Cercle se situe effectivement dans cette région chargée d’Histoire. Et si un peu d’exercice physique ne vous rebute pas, alors le Paint Ball et ses scénarios de combat   vous attendent de pied ferme,  sur un ancien site militaire.

Cette année, parmi les jeux les plus joués et appréciés, nous avions, en ordre alphabétique : 18CZ, Azul, Bataille Napoléonienne « Les Trois Couleurs », Dead of winter, Magic Maze, Not Alone (et extension), Terraforming Mars, Unlock 2 et 3, Wopono pour les jeunes, etc…

En pension complète, les délicieux repas mitonnés tantôt par notre Chef cuisinier, tantôt par les joueurs gourmets, furent des plus appréciés. Sans compter les spécialités locales apportées par les uns et les autres, depuis leur région d’origine (tourte, fromages, …). Les végétariens ou végétaliens sont « happy » car tout est prévu pour leur menu, comme chaque année.

Tout le monde met la main à la pâte, avec joie et entrain, dans cette communauté éphémère, qui apprécie de se retrouver dans les séjours organisés par le Cercle de Stratégie : les enfants se sentent tellement fiers de trouver quels services rendre, pour vite débarrasser et nettoyer les tables, avant de rejouer aux parties de zombies, de cartes, ou d’énigmes.

Les adultes et les plus grands gèrent quant à eux la partie cuisine : à plusieurs, cela ne prend que quelques minutes pour remettre en bon ordre et rejoindre ensuite une Team qui démarre un jeu.

Quant à l’aspect culturel et historique, visiter les monuments  à la gloire de nos soldats disparus sur les champs de bataille fait partie des incontournables. De même, les villages détruits au cours de la Guerre, dont les dernières ruines, encore debout, sont préservées, au cœur des forêts protégées.

Tout cela peut se résumer en une expression nouvelle : « la Voie des Chekers » ! Inspirée du mot Chek entre amis, ainsi que de l’expression Checkmate du jeu d’échecs. C’est également le nom d’une variante du jeu de Dames.

Si vous aimez les jeux de stratégie entre amis ou serious gamers, accompagnés de bons petits plats gourmands, alors vous êtes peut-être l’un d’entre eux, l’un des Chekers !!!

Texte et photos Stéphanie Prin

Jedi Académy

Texte de Stéphanie Prin

The Force is with You !

Sortir certaines armes ludiques suffit à réaliser de vieux rêves. Entendre le premier crépitement lorsque s’allume le sabre laser, découvrir sa couleur : bleue ou rouge… A peine réalisé, un écho survient : celui du second sabre, allumé lui aussi par celle ou celui qui nous fait face.

Les sourires s’échangent, plus ou moins bruyamment selon l’âge des apprentis-escrimeurs qui découvrent le poids et testent rapidement leurs premiers moulinets.

Que l’on soit l’un des deux Apprentis, observateurs, ou bien photographe, c’est toujours aussi magique.

Pour le plaisir de manier ces objets-cultes du cinéma, cet été deux sabres lasers furent prêtés aux membres du « Cercle de Stratégie » par l’un de leurs confrères ludiques. Des sabres-lasers de compétition, pour de véritables affrontements, aux sons caractéristiques de chaque impact et aux vrombissements spécifiques des moulinets!

Jeunes Padawans !

A la surprise de tous, la jeune génération était déjà prête grâce aux cours d’escrime : de belles passes d’armes furent ainsi échangées par les 8-10 ans. Filles comme garçons étaient redoutables et surtout inlassables. N’espérez point qu’ils se fatiguent pour profiter à leur suite de cette activité d’escrime ludique !

Rey et Kylo peuvent se rassurer, la relève est déjà prête au « Cercle de Stratégie » !

Essais libres, photographie en pose ou en plein combat, avec ou sans costume …

Voici quelques conseils pour agrémenter au mieux ces moments : se procurer des costumes de différentes tailles, quelques perruques et masques. En perruque colorée, la mode extra-terrestre sera rapidement mise en valeur. Des accessoires simples sont incontournables : une corde-ceinture, un pistolet factice, et bien sûr préférer des chaussures sombres ou des bottes. Prévoir enfin l’éclairage adapté (lampes, bougies).

Les toges sombres avec capuche sont idéales pour des clichés d’ambiance, permettant en prime de garder l’anonymat tout en passant pour un Jedi ou un Sith. Porter, sous la toge, un kimono ou une chemise beige sera prévoyant pour les Jedis.

Bien entendu, penser à retirer montre et autres accessoires modernes…

Le lieu et le moment ?

Pour de l’escrime ludique, libre ou enseignée, peu importe.

Si des clichés sont attendus, autant choisir avec soin ces moments magiques. Le lieu sera éventuellement en intérieur, si les interrupteurs et autres babioles peuvent se masquer. Un couloir semi-obscur pourra faire l’affaire.

Quant aux extérieurs, un arrière-plan végétal sera parfait pour reproduire le paysage de l’une des planètes, ou bien une plage, un espace rocailleux… Idéalement, choisir un lieu fort en intensité, symbolique, pour renforcer l’effet magique de ce moment : de vieilles pierres, un site mégalithique, des ruines, une ancienne forêt (peut-être druidique)…

Les bonnes heures seront en plein jour pour l’apprentissage certes, mais quelle émotion lorsque l’on s’installe à la tombée du jour et de la nuit, y compris pour le plaisir des spectateurs. Les premiers clichés et affrontements seront ainsi dans cette lumière changeante selon les instants, tantôt nimbés de rouge et or, tantôt bleutés. Et enfin, l’obscurité, scindée par les lueurs des sabres.

Texte et photos de Stéphanie Prin